Moitié gauche: un rond blanc sur une texture bleue. Moitié droite: l’affiche du film. Le rugbyman rentre de face sur le terrain en tenant 2 enfants par les mains

Toutes vos commandes passent en mode « SUIVI » gratuitement !

Une nouvelle rassurante pour nos clients. Merci La Poste !

Comme vous le savez peut-être déjà, notre association expédie toutes les commandes à ses clients en « Franchise postale ». Vous ne connaissez pas ce terme, alors voici quelques explications.

La franchise postale est une disposition par laquelle la distribution de certains courriers n’est pas soumise à l’affranchissement, ou en d’autres termes, elle est gratuite. C’est le cas notamment pour les lettres et les colis qui contiennent des documents en braille.

l'icone cécogramme sur fond noir: une silhouette marchant avec une canne blanche et une petite enveloppe.Codifié par un timbre spécial : le cécogramme, ce moyen d’expédition n’assure cependant pas la traçabilité des envois (lettres ou colis). C’est pourquoi, il est précisé dans nos conditions générales de ventes, que si un colis envoyé en franchise postale se perd en chemin, l’association déclinera toute responsabilité. Les clients préférant un suivi colissimo doivent le préciser en commentaire de leur commande, afin que nous répercutions sur la facture les frais d’envoi.

il faut savoir qu’un colissimo pour l’expédition d’un livre en braille coûte en moyenne 40 € en raison du volume et du poids de celui-ci. Ajouté au prix du livre, les frais d’affranchissement pénalisent et dissuadent d’autant plus le lecteur aveugle.

 

Il est assez courant que des colis envoyés en franchise postale n’arrivent pas à bon port, mais jusque-là, les pertes étaient « gérables ».

Depuis le 17 mars 2020, date du premier confinement, l’association accusait de nombreuses pertes de colis. En effet, La Poste fonctionnant en sous-effectif durant cette période et le flux de courriers ayant considérablement augmenté en raison de la fermeture des commerces, plus de la moitié des commandes que nous avons expédiées depuis le mois de mars se sont perdues dans la nature. Sans aucun moyen pour nous de savoir où les colis avaient pu être stockés. Le Cteb avait travaillé à perte. D’autant plus que pour ne pas décevoir nos clients, nous nous sommes engagés à refabriquer les livres commandés à nos frais et à procéder à de nouvelles expéditions. La situation était telle que nous nous sommes demandés si nous n’aurions pas mieux fait de fermer l’imprimerie durant la période du confinement plutôt que de travailler à perte et de subir, à juste titre, les réclamations des clients qui s’impatientaient de ne pas recevoir le livre qu’ils avaient payé. Mais la volonté du Cteb était de continuer sa mission de service auprès des personnes non-voyantes, et par conséquent, de ne pas les laisser sans livre ou sans magazine durant cette période compliquée.

Les réclamations que nous avons faites auprès de la Poste n’aboutissaient à rien. Pourtant, la Poste récupère auprès de l’état la somme correspondant aux envois en franchise postale. Pour le Cteb, cela correspond à une facture de 250 000 €/an.

C’est en discutant avec l’une de nos consœurs de l’association « Les doigts qui rêvent » lors d’une réunion organisée en visio par la Fédération des Aveugles de France, que nous avons trouvé un début de solution et un levier d’action. Elle avait réussi à négocier avec le centre de tri dont son association dépend à Limoges afin d’obtenir un suivi des expéditions.

Fort de cet exemple, le Cteb s’est employé à obtenir la même chose avec le centre de tri de Bruguières qui s’était initialement désintéressé du problème. Mais en donnant l’exemple du centre de tri de Limoges, nos revendications ont eu meilleure écoute. La poste a finalement accepté de nous fournir des étiquettes de lettre suivies à coller en sus du cécogramme sur les colis, nous dispensant des frais et nous assurant ainsi la traçabilité des envois. Il ne s’agit pas là d’un dispositif légal, mais simplement d’un arrangement de gré à gré avec les interlocuteurs du centre de Bruguières.

Nous les remercions du fond du cœur pour cet accord, qui nous permet aujourd’hui d’envoyer les commandes en expédition suivie et sans surcoût pour nos clients. La solidarité, ça s’apprécie !!!

Adeline coursant, Directrice du CTEB.

Partager ce contenu sur les réseaux :