Moitié gauche: un rond blanc sur une texture bleue. Moitié droite: l’affiche du film. Le rugbyman rentre de face sur le terrain en tenant 2 enfants par les mains

De Toulouse à N’Djamena

– Des jeunes aveugles apprennent le braille au Tchad –

Je crois que fondamentalement les humains veulent bien faire.

Étudiée scientifiquement, la collaboration entre les êtres est désormais rangée dans les instincts primaires. Lentement enrobée au fil des années par le voile de nos injonctions et de nos expériences déçues, nous pouvons néanmoins et soudainement être amené à relativiser et à retrouver cette capacité intuitive basée sur la confiance.

Il suffit d’une aventure qui se passe bien. Vous savez, celle qui à l’occasion d’un premier pas un peu hasardeux, se mue en une chute de dominos en ligne qui nous amène à espérer plus loin ? Par la chance, par l’initiative, par la bonne volonté de nos rencontres, il est à tout instant possible dans nos vies de revivre les bienfaits de l’entraide et de la collaboration. Il est important alors de la graver en soi, de faire en sorte d’y croire de nouveau pour une prochaine fois, d’enrayer avec elle le déterminisme à croire que les êtres ne savent pas s’aider ni s’aimer. C’est d’une de ces expériences de collaboration et de synergie entre les hommes, fortuites et volontaires à la fois, que nous allons vous raconter ici 

Partout à travers le monde, les aveugles et beaucoup d’organisations se battent pour accéder à l’éducation et à l’information pour tous. Dans bien des pays les réalités économiques et culturelles amplifient encore plus cette bataille déjà centenaire pour l’inclusion des personnes en situation de handicap.

Cet accès est indispensable dès le début de la vie et pour toute sa durée. De lui dépend le développement de notre autonomie et de notre intégrité, qu’elles soient physiques, intellectuelles ou spirituelles. De cette autonomie dépend alors une possible égalité des chances.

Apprendre le braille permet ces avancées. Son enseignement, comme tout enseignement, est rigoureux et nécessite des moyens pérennes.

De par notre rencontre avec le Centre de Ressources pour Jeunes Aveugles (CRJA) de N’Djamena, vous découvrirez dans ce grand article partagé leurs messages vidéos, les visages et les témoignages de ses hommes et femmes en mission. Comme nous, ils existent depuis 30 ans déjà et nos homologues venus du Sahel vous parlent ici de leur réalité, de ce qu’ils font auprès de la population tchadienne déficiente visuelle et expriment pudiquement l’aide dont ils ont besoin.

C’est l’histoire d’un don du CTEB au CRJA, raconté par nous mais aussi raconté par eux, une histoire émouvante à plusieurs voix pour un don à deux sens. Laissez-vous émouvoir et voyager au pays du braille …

Photo de groupe au CRJA lors de la cérémonie de remise du don du CTEB

Photo de groupe au CRJA lors de la cérémonie de remise du don du CTEB

 

La chute du Domino n°1.

Saïba NGousmon est un slameur tchadien militant, un jeune poète et bloggeur qui écrit, qui conte, qui raconte, qui dénonce. Tantôt journaliste, tantôt artiste, Saïba lance des mots contre les maux. Des mots sensibles, résilients, unificateurs, humanistes, progressistes et spirituels. Mais si Saïba a conscience du pouvoir de la pensée, il le mari toujours avec celui de l’action. (Voir ses coordonnées et activités en fin d’article, rubrique « Ressources »).

Alors il monte un atelier de lecture pour faire découvrir des livres aux jeunes pensionnaires du Centre de Ressources pour Jeunes Aveugles de N’Djamena et les ouvrir à d’autres horizons. Il raconte leurs difficultés dans un article touchant et à lire ici :

https://lafenetreetoilee.mondoblog.org/tchad-un-club-de-lecture-pour-jeunes-aveugles-voit-le-jour-a-ndjamena/

il y décrit une structure dans la capitale tchadienne, de jeunes aveugles, en internat pour la plupart, des professeurs pour apprendre le braille et préparer au baccalauréat, du suivi scolaire, des ateliers de musique, des activités, des salariés, des bénévoles, peu de moyens et une prise en charge des enfants salvatrice pour qui connait la condition de la personne aveugle en Afrique. Tout cela pour donner pendant de longues années d’enseignement et de relation, un cadre, une éducation, une estime de soi et donc une autonomie pour rentrer un jour dans la vie active.

Et puis une bibliothèque de livres en braille !

Oui. Il manque à ma description sommaire: « Et puis il y a une bibliothèque de livres en braille » !

Comme nous l’apprend Saïba dans son article (j’espère que vous avez cliqué sur son lien pour le lire), celle-ci date de la création du centre en 1988 et est constituée de livres en braille abrégé[1]. Elle est donc totalement obsolète, elle ne sert à rien pour les enfants et les professeurs qui en ont besoin. En effet, le braille abrégé n’est pas enseigné avant que l’élève n’ait atteint une bonne maîtrise des règles orthographiques et grammaticales du langage et du braille intégral.

Dans la bibliothéque braille, des personnes acheminent les cartons de livres.

Du braille intégral pour la bibliothéque du CRJA !

La découverte émouvante de nos homologues de N’Djamena nous interpelle alors. Ils sont loin mais les mots, les problématiques et les volontés semblent les mêmes. Comme notre équipe, ils défendent l’accès à la culture et à l’autonomie des déficients visuels par les livres, ils enseignent depuis 30 ans le braille à plusieurs générations de jeunes tchadiens. Une seule différence se fait douloureusement sentir : ils n’ont pas de livres en braille intégral alors que nous, … nous en produisons !

Chute du Domino n°2.

Le domino n°1 nous met en contact avec le domino n°2 : Mr Martin Lappel. Il est le dirigeant non-voyant du CRJA. Après quelques communications et visio tous ensemble pour faire connaissance, discuter en détails de nos structures et nourrir une estimation des besoins réels, la décision est prise de faire partir quelques cartons de braille pour changer cette situation absurde d’une bibliothèque qui ne peut être lue, d’un enseignement qui ne peut-être nourri et transmis alors même que les compétences sont sur place.

Chaque salarié du CTEB, chaque service de l’association fait donc l’inventaire de ce qu’il peut collecter et donner. 17 journaux, 15 livres, des charades et 110 alphabets braille composent la première trousse à outils et les 60kg que nous enverrons à N’Djamena. Reste à tester le chemin jusqu’au CRJA. Celui du cœur fut rapide. Celui du transport sera plus long et incertain.

Vidéo présentation du CRJA par son directeur Mr LAPPEL (5 mn) :

Chute du Domino n°3.

Le domino n°1 touche le domino n°2 qui touche le domino n°3: Mélanie Gacongne.

Le président tchadien Idriss Déby vient d’être abattu dans le Nord par le Front pour l’alternance et la concorde au Tchad (FACT), selon la version officielle. La situation à la capitale comme dans tout le pays n’est plus stable ni sécurisée. Les enfants du CRJA sont renvoyés chez eux en province faute de pouvoir garantir leur intégrité. L’histoire du Tchad est jonchée par des épisodes de rébellions armées. Idriss Déby était lui-même arrivé au pouvoir à la tête de forces rebelles ayant envahies N’Djamena. Ces dernières années, les accrochages ont été nombreux dans le nord du pays et les candidats au pouvoir militaire nombreux.

Ce n’est pas la première fois que le CTEB fait don de livres vers le continent africain. Les colis attirent parfois une très grande curiosité et ils n’arrivent pas toujours à destination ou en très mauvais état. En pleine tension politique, le chainon n°3 apparait pour nous faciliter grandement les choses.

Mélanie Gacongne est une expatriée française qui travaille à N’Djamena. Elle vient spontanément à notre rencontre et nous propose de bénéficier de son contact auprès des troupes françaises de la force Barkhane et de sa base sur N’Djamena. C’est auprès de son nouvel aumônier et transportés par les avions de l’armée que nos cartons seront assurés d’atteindre les enfants du CRJA ! Puisque que le chemin est ouvert, il n’y a plus qu’à !

Les dominos forment une ligne.

Le paradoxe de l’armée moderne est de servir pendant les conflits comme pendant leur réparation. Et c’est au travers de cette mission d’aide humanitaire et de leur présence sur place que les soldats français vont nous faire bénéficier de leur logistique. Effectivement la ligne de ravitaillement aérienne et interne à la base militaire prendra en charge notre fret de manière sécurisée. Pourtant, deux de nos cartons de livres en braille n’arriveront jamais dans les soutes des Transalls, oubliés je ne sais où alors que sous la responsabilité même de La Poste française. Un problème auquel nous sommes malheureusement trop régulièrement confrontés dans l’exercice de notre mission de librairie en ligne.

L'aumonier militaire devant un break plein des cartons du don.

L’aumonier de la base militaire transmet les colis tout juste arrivés.

Mais le plus gros du fret arriva à l’aumônerie de la base. Saïba, Mélanie et Mr Lappel se réunirent pour transférer les colis au CRJA et inviter d’autres dominos à participer et à se découvrir lors d’une cérémonie. L’arrivée est synonyme de concret.

Et c’est là que je vous laisse, que je passe le relais, que la voie tchadienne s’ouvre et que le récit se partage. Puisque le but de cette opération était de s’écouter à l’international, alors faisons le jusqu’au bout et surtout dans cet article.

 

Côté Tchad

« Don de livres en braille : l’élan de cœur du Centre de Transcription et d’Edition en Braille de Toulouse à N’Djaména ».

Un article de Saïba NGousmon .

Dans Le mariage du Ciel et de l’Enfer, William Blake disait : « L’oiseau a son nid, l’araignée sa toile et l’homme l’amitié ». Il y a quelques mois de cela, des humains ont choisi de tisser la toile de l’amitié, fil après fil, sourire après sourire, passant par des questionnements et quelques incertitudes… Pour déposer dans ce nid du Centre de Ressources pour Jeunes Aveugles (CRJA) qui sert de rempart pour l’éducation des déficients visuels tchadiens, un brin de bonne humeur et surtout beaucoup d’amour. Celui de la lecture, de la promesse d’un voyage exaltant  « au bout des doigts », tout en autonomie dans le secret du partage entre auteur.e et lecteur.trice.

C’est cet élan de cœur qu’a eu le Centre de Transcription et d’Edition en Braille (Cteb) basé à Toulouse en faisant un don de livres, de charades, de journaux, d’alphabets en braille pour les jeunes en situation de handicap visuel de N’Djaména au Tchad.

Les élèves déficients visuels du CRJA découvrant des livres en braille intégral.

Les élèves déficients visuels du CRJA découvrant des livres en braille intégral.

Il y a quelques mois de cela, je me lançais dans un projet de bénévolat un peu hasardeux mais plein de sens pour moi : créer un club de lecture pour venir en aide aux jeunes déficients visuels du CRJA. Enthousiasmé par ce proverbe arabe qui dit : « Si tu ne peux être une étoile au firmament, sois une lampe dans ta maison ». Avec des ami(e)s, nous nous sommes fait une raison. Donner de notre temps et de nos voix, pour palier à ce problème d’accès à l’éducation.

Une chose en entrainant une autre, et internet aidant, votre blog La fenêtre étoilée a servi de trait d’union entre le Cteb Toulouse et le CRJA de N’Djaména, grâce aussi à plusieurs personnes de bonne volonté qui ont facilité cette entreprise humaine ! Grâce à cette impulsion, nous avons été grandis d’une belle action en faveur des jeunes déficients visuels.

3 élèves assis dehors sur des chaises lisent les nouveaux livres.

Découvertes des livres offerts par le Cteb.

Le 10 juillet dernier, le soleil sur la capitale tchadienne était incorrigible. Au CRJA, quelques élèves nous attendaient malgré le contexte particulier mêlant vacances et préparation des examens pour les 9 qui composent et/ou composeront le brevet d’étude du premier cycle et le baccalauréat.

Vidéo de Monsieur le député Béral Mbaïkoubou, ancien élève du CRJA, expliquant l’aide que lui ont apporter le braille et la lecture dans son parcours :

 

Ce don de livres en braille intégral profitera à une quarantaine d’élèves, enfants et adultes, qui se formeront à la pratique du braille avec beaucoup d’aisance et qui seront en contact avec des livres adaptés à leur handicap.

 

Vidéo d’Épiphanie Donrian, Présidente du comité des filles du CRJA, parlant de l’aide dont ils ont besoin :

Retrouvez cet article sur le blog de Saïba NGousmon ici :

https://lafenetreetoilee.mondoblog.org/don-de-livres-en-braille-lelan-de-coeur-du-cteb-de-toulouse-au-crja-de-ndjamena/

 

Besoin de vous !

Vous pouvez leur envoyer vos livres en braille intégral. Sachez également que vous pouvez aussi joindre Saïba Ngousmon car il monte le projet de collecter 10 ordinateurs équipés d’une reconnaissance vocale afin de doter les élèves du CRJA d’une possibilité d’apprendre les techniques numériques. Un point crucial pour renforcer leur autonomie et leur flexibilité dans le cursus scolaire et sur le marché de l’emploi. Alors si vous avez du matériel pour en faire le don…soyez le Domino N°4 et faites le !

Sachez aussi que les élèves du CRJA ont la fierté de vous communiquer leurs résultats aux examens (BEPC et Baccalauréat) : 100 % de réussite ! Bravo à eux et aux enseignants pour leur persévérance et leur talent !

Liens et ressources :

Note de bas de page :

[1] Braille abrégé : forme contractée du braille habituel dit « intégral ». Pour chercher à réduire la place prise par ce dernier, dans le braille abrégé un même caractère peut suivant son contexte (employé dans un mot, en début, milieu ou fin, devant une voyelle ou une consonne ou encore seul) avoir plusieurs significations différentes et symboliser un ensemble de lettres (syllabes).

En savoir plus sur le CRJA :

– Article de 2013 du ministère de la Défense sur la rénovation des locaux en 2013 par les forces armées de l’époque :

https://www.defense.gouv.fr/operations/actualites2/tchad-inauguration-du-centre-de-ressources-pour-jeunes-aveugles

– Article de 2019 : pourquoi le CRJA ne peut pas accompagner les jeunes non-voyants vers les cursus scientifiques ?

https://tchadinfos.com/tchad/tchad-pourquoi-les-non-voyants-ne-sont-pas-formes-dans-des-matieres-scientifiques/

Contacter le CRJA :

E-mail de Mr LAPPEL Martin, dirigeant du CRJA : lappelmartin@gmail.com

Ou passer par le CTEB …

Saïba NGousmon :

– Découvrez son blog ici : https://lafenetreetoilee.mondoblog.org/

– Son compte Facebook dédié au slam : https://www.facebook.com/SlamMaker

– Son métier de journaliste sur la plateforme porté par RFI : https://mondoblog.org/

Partager ce contenu sur les réseaux :