Moitié gauche: un rond blanc sur une texture bleue. Moitié droite: l’affiche du film. Le rugbyman rentre de face sur le terrain en tenant 2 enfants par les mains

Dossier : lire les grands prix littéraires en braille

et dés leur sortie… comment fait-on ?

La sacro-sainte « rentrée littéraire » française est un rituel auquel on n’échappe pas quand on est curieux de littérature. Période excitante, prolifique et médiatique, nous la suivons pour vous permettre de lire les grandes œuvres qui en sortent en même temps que tout le monde. On vous raconte les coulisses de cette petite course contre la montre …

Septembre : se mettre dans la peau d’un jury littéraire.
Septembre, mois de rentrée et mois des récompenses littéraires françaises. Une effervescence envahit les bureaux du CTEB. Chaque année un rituel, une excitation, un jeu. Petit à petit le monde des prix littéraires se réveille de nouveau et dévoile par presse interposée les listes des heureux auteurs sélectionnés. Vous connaissez le prix Goncourt, le plus ancien et le plus prestigieux mais connaissez-vous le prix Vendredi, spécialement dédié à la littérature jeunesse et récemment arrivé dans le panorama français ? Rentrez avec nous dans la danse…

On rentre alors dans le vif du sujet. Les transcriptrices analysent attentivement les différentes sélections, regroupent des avis et tentent de repérer les futurs gagnants parmi les têtes d’affiche comme les nouveaux talents. Science divinatoire et loin d’être exacte, trouver les victorieux écrivains parmi toutes ces listes de grands crus de l’écriture (et 2020 a été une année de qualité) ne peut aboutir sans faire intervenir son intuition. Nos amoureuses des livres la suivent elle aussi et les coups de cœur personnels viennent ainsi parachever le processus de sélection et les débats entrepris.

Car si à la fin il n’en restera qu’un dans chaque catégorie, c’est pourtant bien une vingtaine d’ouvrages de la rentrée littéraire française qui sont transcrits en braille par notre association (voir la liste ci-dessous) ! Et ce, quasiment en même temps que les sorties en noir des éditeurs pour voyants, un des leitmotiv majeur des transcriptrices du Cteb.

Cet objectif de vous les proposer à la lecture au plus vite suscite bien des enjeux ! La transcription d’un livre en braille demande plusieurs semaines, voire des mois de travail. Il faut adapter le texte de l’œuvre avant sa transcription (la transposition en caractères braille) puis le faire relire par l’un de nos relecteurs bénévoles (voir nos offres de bénévolat ici). Ce n’est qu’après une rigoureuse correction que le livre peut enfin être ajouté à notre catalogue en ligne (version papier ou numérique disponible sur simple demande à contact@cteb.fr) et fabriqué ensuite suivant vos commandes. Un timing serré qui impose aux transcriptrices de faire des choix rapides et inspirés, afin d’être toujours au goût du jour et ainsi de permettre aux braillistes d’accéder aux prix littéraires et à leurs pépites en même temps que les lecteurs voyants.

Novembre : « rien ne va plus, les jeux sont faits ! »
De cette émulation et de ce travail est sortie cette année notre liste 2020 des prix littéraires toutes catégories. Des livres promus et sur lesquels on a pariés et que l’on a transcrits pour vous avant noël :
– « L’anomalie » de Hervé Le Tellier (Prix Goncourt 2020).
– « Histoire du fils » de Marie-Hélène Lafon (Prix Renaudot 2020).
– « Les funambules » de Mohamme Aïssaoui.
« Les impatientes » de Djaïli Amadou Amal (Prix Goncourt des lycéens 2020).
– « Un crime sans importance » de Irène Frain.
– « Yoga » de Emmanuel Carrère.
– « Saturne » de Sarah Chiche.
– « Chavirer » de Lola Lafon.
– « Mes fous » de Jean-Pierre Martin.

Livres jeunesse :
– « Et le désert disparaîtra » de Marie Pavlenko.
– « L’âge des possibles » de Marie Chartres.
– « Sans armure » de Cathy Ytak.

Ceux à venir prochainement au catalogue (quand on vous disait que c’était une course !) :
– « La grande épreuve » de Étienne de Montety (Grand prix du roman de l’Académie française 2020).
– « Nature humaine » de Serge Joncour (Prix Femina 2020).
– « Le cœur synthétique » de Cholé Delaume (Prix Médicis 2020).
– « L’historiographe du royaume » de Maël Renouard.
– « Thésée, sa vie nouvelle » de Camille de Toledo.
– « Ce qui plaisait à Blanche » de Jean-Paul Enthoven.
– « Histoires de la nuit » de Laurent Mauvignier.
– « Les Évasions particulières » de Véronique Olmi.
– « Soleil glacé » de Séverine Vidal.

Le coup de cœur d’Hélène : « L’anomalie » d’Hervé Le Tellier. «Un phénomène insensé, une histoire rocambolesque en pleine actualité… Du suspens et des notes d’humours, on a du mal à lâcher le livre tellement on veut en connaître le dénouement ».

Le coup de cœur de Frédérique : « Éden » de Rebecca Lighieri (livre jeunesse). « Un roman d’anticipation d’un nouveau genre qui dresse le sombre tableau du monde d’après, celui que nous risquons de laisser aux générations futures.

Coup de cœur de Céline : « Mes fous » de Jean-Pierre Martin. « Suis-je moi-même folle d’avoir adoré un livre qui ne parle que de fous ? »

Le coup de cœur collectif : le prix Unicef de littérature jeunesse. Il intègre pour la première fois des enfants malvoyants et aveugles dans son jury. Une magnifique initiative qui ne peut que nous réjouir. C’est grâce à tout un travail en amont d’audiodescription, de design sonore qui permet aux jeunes lecteurs de s’immerger dans l’atmosphère des livres. À quand un équivalent avec le braille papier, autre forme de relation aux livres ? L’idée est lancée.

Décembre : à vous de juger et de lire !

Lire pour mieux tenir le confinement. Durant cette période particulière, nous avons su adapter nos méthodes de travail aux conditions sanitaires et ainsi continuer la production et l’envoi de livres que ce soit à destination des particuliers ou des médiathèques. Nous pensons que la lecture n’a jamais été aussi utile pour s’évader et s’offrir un moment à soi. À notre échelle, nous apportons notre soutien aux librairies et c’est pour cela que nous avons maintenu nos liens et nos commandes avec notre partenaire local, la librairie Renaissance située à Toulouse. Sur les réseaux sociaux aussi, on reste en contact, on partage et on se soutient. Les fêtes de fin d’année provocant une forte demande et une forte affluence au niveau postal, pensez à passer commande bien en avance (voir l’article suivant sur nos nouvelles dispositions d’envoi de livres en mode suivi).

Le saviez-vous ? Coup d’œil sur les prix des pays étrangers …

Il faut bien le dire, la rentrée littéraire telle que nous la connaissons est bien une spécificité de notre pays, une tradition même ! Malgré tout, ailleurs aussi on récompense les auteurs par des distinctions similaires. La proclamation de leurs résultats est répartie sur une autre saisonnalité. Les prix Pulitzer (États-Unis) et Cervantès (Espagne) sont remis en avril, le Strega (Italie) en juillet, le Georg-Büchner-Preis (Allemand) et le Man Booker prize (Angleterre) en octobre, le National Book Award (États-Unis) en mars. Une autre différence majeure : les jurys étrangers sont tournants et régulièrement renouvelés, parfois annuellement. En France, les membres du jury du prix Goncourt sont élus à vie !

Partager ce contenu sur les réseaux :