Moitié gauche: un rond blanc sur une texture bleue. Moitié droite: l’affiche du film. Le rugbyman rentre de face sur le terrain en tenant 2 enfants par les mains

Le livre « Olivier, de l’épreuve à l’envol »

Quand l’épreuve nous enseigne…

Un livre de Caroline, Cédric et Sébastien Bron, Éditions Bron.

Quand l’épreuve nous enseigne à voler autrement, plus proche de soi et des autres, en formation serrée et adaptative, quand l’envol se fait commun malgré son unicité caractéristique à l’homme… alors… alors il y a ce genre de livre. Pour devenir oiseau, pour devenir nuée qui se meut, qui s’émeut et non qui se meurt, pour faire migrer son paradigme de l’épreuve-punition au long court… l’épreuve nous enseigne à partir rejoindre les contrées du non-contrôle et de l’acceptation profonde, sans pilote automatique et avec comme seule carte de navigation ce genre de témoignages.

 

Une cellule familiale dont le verrou de la sécurité explose un jour de 1997. Une chute comme il en arrive tant avec une conséquence comme il en existe peu et Olivier le père de famille vétérinaire devient tétraplégique et sous assistance respiratoire. Entrainés avec lui : Caroline sa femme et leurs 2 fils Sébastien et Cédric. Comment ne pas chercher à remettre le verrou de la peur et du désespoir et laisser, quand même, rentrer la gratitude, l’optimisme, l’action et donc la résilience ? 16 ans passent. 16 ans qui auraient pu n’être qu’une épreuve insurmontable et qui se révèlent une recommandation de vie, empreintes de beauté et de joie, jusqu’à sa résolution, au moment choisi et orchestré par Olivier pour son décès, sa délivrance par arrêt de soin.

16 années qui viennent baliser les pages de ce livre en autoédition, un « témoignage à 4 cœurs », un récit d’une force et d’une sensibilité hors du commun, celui d’une épreuve initiatique où l’on apprend à se concentrer sur ce que l’on a et non sur « ce que l’on a perdu » ou « ce qu’il reste ». Une histoire comme il en existe tant avec un regard comme il en existe peu.

3 témoins, 3 âges différents, 3 liens à part, 3 vécus qui, sous l’impulsion d’Olivier, partent en conscience sur le chemin incertain de l’acceptation, de la dé-victimisation et de la déculpabilisation pour retrouver celui de la gratitude et du bonheur.  3 voix pudiques et vraies qui relatent un quotidien où rechercher chaque jour plus de joie que de tristesse, de force morale que de découragement, de positif que de négatif se travaille, s’apprend, se répète et fini par s’accomplir.

« Un hommage à la vie, aux soignants, aux étoiles de notre quotidien qui les ont guidés dans cette leçon d’humanité. Et au risque de vous surprendre, hommage également à la mort dont l’omniprésence a accompagné Olivier, père et mari sur son chemin de la survie, et nous apprend à tous à apprécier les joies simples du quotidien. La mort également vue comme une libération, avec le départ décidé et planifié par Olivier en première classe au pays des anges, entouré par sa famille dans son lieu de vie adoré. »

Denis Guérin pour le CTEB.

 

Le mot de l’auteur aux lecteurs du CTEB, par Caroline Bron :

« Quand la maladie grave ou le handicap surgissent, c’est un tsunami, tant pour la personne concernée que pour ses proches. Tout s’effondre : les projets, le travail, l’autonomie, l’image de soi…Même les relations sont souvent bouleversées.

Cette crise intense, profondément douloureuse porte aussi en elle le germe d’opportunités incroyables pour se découvrir des forces et des qualités que l’on ne soupçonnait même pas. Olivier, mon mari et père de nos deux jeunes enfants, devenu tétraplégique complet et sous assistance respiratoire suite à cet accident se raccrochait à deux maximes qu’il nous répétait quand la souffrance morale et/ou physique était trop intense :

« Demain sera un jour meilleur » et

« Il faut toucher le fond du puit pour pouvoir remonter ».

L’espoir et l’acceptation, tout un programme, plus facile à dire qu’à vivre parfois mais c’était sa boussole, avec le désir de toujours s’ouvrir aux autres. Il est évident que vivre la dépendance, accompagner une personne porteuse de handicap, montrer sa vulnérabilité, reconnaître sa douleur sans pour autant s’y raccrocher demande du temps, de la persévérance et surtout beaucoup d’Amour pour Soi, la vie et les autres. C’est un chemin de résilience difficile et pourtant possible. C’est ce dont nous témoignons dans notre livre « Olivier, de l’Epreuve à l’Envol ». Avec le recul du temps, ô combien nécessaire, nous avons souhaité, à travers cet ouvrage, vous transmettre un peu de baume au cœur, sans pour autant nier la difficulté du parcours. »

Caroline Bron.

Quatrième de couverture :

Un jeune couple épanoui, deux enfants, un métier passionnant… et soudain, tout bascule le 14 juillet 1997 quand un accident stupide transforme un père de famille, un vétérinaire apprécié de tous, en infirme tétraplégique complet et sous assistance respiratoire. Comment ses proches et lui-même ont-ils vécu les seize années qui ont suivi ? C’est le témoignage sensible et authentique que nous livrent Caroline son épouse, Sébastien et Cédric, ses fils. Un récit à trois voix pudique et vrai où le lecteur, la lectrice, sont invités à partager le quotidien de cette famille peu banale. Ce qui aurait pu n’être qu’une sinistre catastrophe se révèle une magnifique leçon de vie, empreinte de beauté et de joie, jusqu’à sa résolution, lors du moment choisi et orchestré par Olivier pour son décès, sa délivrance. Tout au long de cette épreuve initiatique, nous suivons l’évolution des protagonistes, comme si nous y étions.

Pour commander ce livre en braille :

https://www.cteb.fr/…/nou…/olivier-de-lepreuve-a-lenvol/

En savoir plus sur le livre : vidéo de présentation, premières pages du livre, témoignages de lecteurs, versions numériques.

https://olivierlelivre.com/

Partager ce contenu sur les réseaux :